L’Odieux Connard en tournée : Versailles, Montreuil, Strasbourg, Paris


« Vais-je prochainement voir l’Odieux Connard ? »

Cette question, des âmes se la posent partout où se trouve une personne de goût. Et si ces derniers mois, ma monture m’a permis de visiter les Hauts-de-France lointains, les Alpes jolies ou la Provence enchantée, il y a toujours un endroit où un esprit attristé par la médiocrité de son prochain a besoin de croiser mon regard. Pas pour le réconforter, qu’on se mette d’accord : c’est tout simplement plus agréable d’être consternés à deux. Mais, allons droit au but, et parlons des différents endroits où il sera possible de m’apercevoir prochainement.

Commençons avec Versailles.

Banlieue chaude bien connue où les bandes de jeunes n’hésitent pas à se souffleter pour savoir qui aura le droit de choisir en premier son demi-poney au club d’équitation, Versailles n’en recevra pas moins ma personne à l’occasion de son salon Histoire de Lire. Puisque comme je raconte des anecdotes improbables avec Le Petit Théâtre des Opérations, hop, me voilà considéré comme quelqu’un qui parle d’histoire. Je vous jure. On me retrouvera donc :

  • Le vendredi 23 novembre 2018, à 20h30, au cinéma UGC Le Cyrano, 7 rue Rameau à Versailles

Nous verrons si le cinéma prend feu par ma simple présence, mais pour une fois, je n’irai pas y visionner un long-métrage qui provoquera en moi des crises de rage et des larmes de sang. Non, je serai là-bas pour le Prix Youtuber, pour lequel j’ai été sélectionné aux côtés de braves gens comme Confessions d’Histoire, Nota Bene, Parlons Y-stoire, et autres larrons de talent. Il y aura une remise d’un prix du public et d’un prix du jury. Vous me direz « Ah bon ? Un prix du public ? On peut voter alors ?« . Certes oui, depuis le 15 octobre, et jusqu’au 22 novembre. « Mais ? Pourquoi ne pas l’avoir dit avant, bougre de busard ? » ajouteront les plus motivés. Hé bien, tout d’abord parce que je n’aime pas spammer ma communauté, et ensuite parce que c’eut été peu utile : dans une compétition avec des Youtubeurs superstars ayant plusieurs centaines de milliers d’abonnés, il faut savoir reconnaître que le triomphe est hors de portée, que faire du rabattage de votes serait plus ennuyant pour vous qu’utile pour la victoire, et se contenter de siroter son brandy en retournant taper un spoiler à la place. Si vous voulez voter parce que vous êtes comme ça, ça se passe par ici, et la vidéo en lice est celle où il est question du Breton, cette arme diabolique que nous avons honteusement lâchée sur les Allemands en 1914.

En attendant, si vous voulez me retrouver dans ledit cinéma et m’observer corrompre un jury en direct, vous êtes les bienvenus, et il faut s’inscrire tout en bas de la page des votes.

Pour rappel, c’est ici :

Mais ensuite ?

Hé bien, le salon Histoire de Lire en lui-même ouvre dès le lendemain ! J’y serai donc :

  • Le samedi 24 et le dimanche 25 novembre 2018, de 14h à 18h, à l’Hôtel de ville de Versailles, 4 Avenue de Paris, à Versailles (je sais, c’est fou).

L’occasion de venir me donner des sous (c’est mieux que des votes) en échange de livres comme, au hasard, Le Petit Théâtre des Opérations, ou simplement discuter avec ma moyennement humble personne. Je serai avec d’autres auteurs un peu moins connu, comme un certain Valéry Giscard-d’Estaing, qui aurait été accordéoniste, je crois. C’est un peu obscur, je me renseignerai. Bref, si vous voulez me voir en terres versaillaises, vous savez désormais où le faire, il vous suffit de chercher le mec répondant au nom d’emprunt (ça se voit) de Julien Hervieux. L’occasion de vous parler d’anecdotes historiques locales, comme le sombre – mais tristement véridique – complot des voleurs de moumoutes. Ho, je sais faire du teasing.

Je rappelle que c’est ici :

Après avoir été chassé du salon à grands renforts de cailloux pour avoir insisté auprès de Valéry pour qu’il me dédicace un accordéon, j’irai me cacher en grande banlieue, et ne resurgirai qu’une semaine plus tard, au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil. Car on me dit que le mystérieux Julien Hervieux y sera cette fois occupé à dédicacer des… livres pour la jeunesse ? Seigneur. Cet homme fait vraiment n’importe quoi. On pourra y retrouver cet étrange personnage :

  • Le samedi 1er décembre 2018, de 14h à 15h puis de 18h à 19h sur le stand des éditions Bragelonne
  • Le dimanche 2 décembre 2018, de 12h à 13h30 sur le stand des éditions Bragelonne, puis de 15h à 17h sur le stand des éditions Poulpe Fictions

Et ça se passera à l’Espace Paris-Est-Montreuil, 128, rue de Paris, à Montreuil. Soit ici :

Mais, comme chacun sait, seul le fou reste à Paris ; je partirai donc promptement en province pour me rendre dans une ville où je n’étais jamais allé en tournée jusqu’alors, malgré les réclamations de la population : Strasbourg. Tu seras libérée de mon absence, ô, Alsace ! Je me rendrai à la cathédrale, non pas pour l’architecture, mais parce que n’oublions pas que c’est là que Foch révéla au monde l’existence d’Albert fucking Roche. Et ça, c’est important. J’y dédicacerai comme il se doit le livre qui parle dudit personnage (oui, je parle du Petit Théâtre des Opérations).

Mais avant de faire ce pèlerinage à la cathédrale, je serai donc le mercredi 5 décembre 2018 à 17 heures à la librairie Kléber de Strasbourg, située 1 Rue des Francs-Bourgeois. Je vous mets aussi le petit plan.

Et puis, figurez-vous que l’Association des Écrivains Combattants me fait l’honneur de m’inviter (toujours sous le faux nom de Julien Hervieux), elle qui invita de petits auteurs comme Winston Churchill (un autre ami des cigares) et qui fut présidée par Roland Dorgelès ou Maurice Genevoix. Courtois, je n’ai pas décliné, je suis comme ça vous savez, et je serai ainsi à Paris :

Le samedi 8 décembre 2018 de 15h à 19h30 au Lycée Victor Duruy, au 29 boulevard des Invalides, à Paris. Ce qui se trouve ici :

Évidemment, on me demandera de retourner en province accomplir ma sinistre besogne, et point d’impatience : Diego y travaille. La tournée loin de la capitale se déroulera si tout va bien en 2019, le temps que la folie des fêtes de fin d’année retombe et que les dates soient arrêtées. On en reparle.

Je crois que j’ai fait le tour de ce point technique. Moui. Cela me paraît bien.

Diego, prépare ma valise. Le peuple nous attend.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *